La Guinandière

Fief qui dépendait de la seigneurie de Ruillé

La Guinandière était un fief vassal de Ruillé. Les terres ne furent rattachées à la commune de St-Georges-de-la-Couée qu’en 1790.

En 1581, Jacques Huart, seigneur de la Guinandière, devait foi et hommage au seigneur de St-Georges pour ses terres des Juguenières à Courdemanche, de la Surgetière à Ruillé et des Nouets à Montreuil-le-Henri. En revanche pour la Guinandière, il relevait du seigneur de Ruillé.

Il était courant qu’un seigneur prête hommage à différents suzerains. Au grés des legs, des ventes, des dots et des conquêtes, le Maine s’est morcelé au fil du temps en de multiples fiefs imbriqués les uns dans les autres. Cet imbroglio foncier a souvent était source de procès, voire de conflits armés. Heureusement, les seigneurs de la région préférèrent en découdre en justice que sur les champs de bataille, comme Brisegaut de Coësmes, seigneur de Lucé, qui s’illustra en intentant des procès à un grand nombre de seigneurs de la région.

Aujourd’hui, l »ancienne métairie de la Guinandière est rasée. Heureusement, quelques photos permettent d’en garder le souvenir. Quant au logis seigneurial, il a été au cours des temps transformé en grange. Ne reste que la cheminée et un ancien four pour rappeler son ancienne vocation.