Ce lexique donne la définition de mots et d’expressions notés dans les aveux, et qui n’ont plus cours à notre époque ou sont très peu usités. De même, il liste les unités de mesures et les monnaies en cours au XVIe siècle, ainsi que des fêtes chrétiennes citées dans les documents.

 Les mesures et unités de surface Les seigneurs de St-Georges utilisaient les étalons de Lucé. On appelait ces références des « patrons » et des « essais ». Les « essayeurs » étaient chargés du contrôle des mesures par des « visites » (ou « visitations ») et les « connaissances » de ces dites mesures.

Arpent : unité de surface agraire la plus utilisée. Pour le Grand Lucé, l’arpent valait 66 ares environ. Pour les surfaces de forêt, l’arpent faisait 51 ares environ.

Boisseau : unité de mesure de matière sèche. Pour le Grand Lucé, le boisseau valait 19 litres environ.

Boisselée : unité de surface agraire. Surface que l’on ensemence avec 1 boisseau de grain. Pour le Grand Lucé, la boisselée valait 13,33 ares environ.

Chesnée : unité de surface agraire. La chesnée, ou chaisnée d’arpent, faisait 0,7 are environ. Un arpent fait 100 chesnées.

Corde : unité de surface agraire. Vaut un trentième de journal, soit pour Lucé, entre 1,5 et 1,8 are.

Hommée : unité de surface agraire. Surface qu’un homme peut labourer / bêcher en une journée. Pour le Grand-Lucé, valait environ ½ arpent.

Journal : unité de surface agraire. Surface de terre qu’un laboureur avec un bœuf peut labourer en une journée. Pour le Grand Lucé équivaut à une mesure comprise entre 2/3 et 4/5 d’arpent.

Minée ou mine : unité de mesure de matière sèche. Vaut un demi septier.

Quartier : unité de surface agraire. C’est la moitié (et non le quart comme on pourrait le croire) d’un arpent pour les terres labourables, soit 33,33 ares. Pour les vignes, correspond au quart d’un arpent, soit environ 16,5 ares.

Septier : mesure de matière sèche. Vaux 12 boisseaux. Pour le Grand Lucé, correspond à 203 litres environ.

Septerée : unité de surface agraire. Surface ensemencée par 1 septier de grain. Pour le Grand Lucé, correspond à 1,6 hectare.

Les fêtes citées dans les aveux

23 avril : Saint-Georges.

25 juillet : Saint-Jacques.

21 août : Saint-Christophe.

8 septembre : fête de la nativité de Marie. La fête la Nativité de la Sainte Vierge porta longtemps le titre de Notre-Dame Angevine, rappelant que la Vierge Marie apparut en 430 au saint évêque Maurille d’Angers pour lui demander l’institution de la fête de sa Nativité.

1er novembre : Toussaints.

2 novembre : fête des trépassés.

26 décembre : Saint-Etienne.

Les monnaies

Livre, sol, denier : 1 livre vaut 20 sols / 1 sol vaut 12 deniers / 1 livre vaut 240 deniers.

Maille : pièce valant un demi denier.

Tournois : monnaies frappées à Tours.

Vocabulaire

Aisance : se dit d’un service que l’on retire d’un tiers. Synonyme de servitude.

Aistrise, aistre : maison d’habitation.

Aulnaie : forêt où dominent les aulnes.

Baillé : loué.

Ban : droit de fief par lequel le suzerain contraint ses sujets à utiliser, moyennant redevance, son four, son moulin, son pressoir ou sa meule.

Banequier ou bancquier : autre terme désignant un moulin banal.

Bian : fossé où coule l’eau qui alimente le moulin. Plus tard le bian s’est appelé bief.

Bienner / biennier / bienneur : nettoyer et curer le bian / 1 jour de corvée de bian / homme chargé de la corvée de bian.

Bordage : ferme.

Borde : petite ferme.

Cens : redevance annuelle, foncière et perpétuelle. La censive, ou terre censale, est un fonds qu’un seigneur de fief a concédé contre le paiement perpétuel d’un cens.

Charoi : chargement, transport proprement dit.

Chenevier : culture du chanvre.

Confronter : établir, déterminer les limites d’une terre. Confrontation : établissement de ses limites par présentation des titres de propriété ou acte établissant le droit sur la terre.

Confuser : réunir les droits actifs et passifs concernant un même objet.

Connin ou connil : lapins.

Constière ou coustière : talus.

Corvoyeur : sujet assujettis aux corvées seigneuriales.

Courtil : jardin, souvent clos.

Défensable : interdit d’accès. Les garennes étaient généralement protégées par des plesses.

Distraire : séparer.

Echoir : en parlant de ce qui est dû, signifie être payable ou être réalisé à un moment décidé à l’avance

Epave ou droit d’épave : le Seigneur devient propriétaire des « épaves », c’est-à-dire des bêtes ou des choses mobilières égarées, et dont le propriétaire primitif n’a pu être retrouvé.

Estager : les estagers sont les habitants du fief en situation de vassalité.

Exponser ou exponcer : acte par lequel le preneur d’une terre louée à bail l’abandonne pour se soustraire au paiement de la rente.

Faner / faneur : transformer le fourrage en foin / homme chargé de la corvée de fanage

Fournage : ce que l’on donne pour la cuisson du pain ; c’est le droit de four banal ou du four à ban.

Fraische ou fresche ou frache : terrain en friche. Un chemin fraischal est un chemin non entretenu.

Frarescheurs : personnes qui possèdent des biens en commun.

Garenne ou garanne : lieu de tenue des lapins et des poissons. Elles étaient défensables, c’est à dire interdite à toute personne n’ayant pas eu l’accord du seigneur pour chasser ou pêcher.

Gast : espace dégagée dans une forêt, friches. On dit aussi gâtine.

Harnai : équipage comprenant la charrette et la bête de trait.

Hoir : héritier.

Issue : entrée du domaine souvent avec un porche.

Loyaux aides : les loyaux aides correspondent au double des redevances payées par les dames de fief lors du mariage de leur fille.

Manable : habitable

Moullaige : droit versé pour utilisation de la meule à pommes à cidre.

Moultaux sujets, ou moutaux : personnes qui travaillent au moulin. Désigne également les sujets qui sont obligés de venir faire moudre leurs grains. C’est le droit de moulin banal.

Noüe ou noë : Pré humide pour faire paître les bêtes. Peut être inondable.

Obenage de meuble ou droit d’aubaine : droit féodal par lequel un seigneur pouvait entrer en possession des biens d’un étranger lorsque celui-ci mourrait sans descendant dans son fief.

Patron, essai : mesure étalon.

Plege, gaige. Gaiger : s’obliger à payer ses rentes et redevances – Pléger : garantir, cautionner. Concerne les vassaux qui n’habitent pas le fief et qui cautionnent un tiers pour payer les rentes et redevances. Le gaige-plège est une séance officielle où les sujets déclarent les rentes et obligations qui leur sont dues et les héritages acquis ou vendus.

Plesse / plesser / plesseur / plessier : haie tressée impénétrable / tailler et tresser une haie / homme chargée de la corvée de plesse / 1 jour de corvée de plesse.

Poullaille : animaux de basse-cour que certains sujets devaient donner au seigneur, essentiellement les chapons et les poules.

Relaissé : oublié.

Rente : redevance liée au capital foncier (taxe foncière).

Rotte : petit sentier tracé par le passage répété d’animaux sauvages.

Ruau : petit bras d’un ruisseau.

Sauvaigeau ou sauvageon : petit arbre qui est venu naturellement sur lequel on ente les fruits des autres arbres.

Seel : le sceau. S’est écrit plus tard scel et a donné scellé.

Souloir ou soulloir : être accoutumé à (verbe impersonnel).

Subject ou subiect : ancien orthographe pour sujet (vassal), qui est une personne contrainte.

Taille : taxe prélevée en contrepartie de la protection du seigneur.